Le marxisme aujourd'hui en Occident : les raisons d'une crise et la nécessité d'une renaissance

E-mail Stampa PDF

par Francesco Maringiò

italian.cri.cn
news.cri.cn

A l'occasion du 200ème anniversaire de la naissance de Karl Marx, le site web de Radio China International a accueilli un article de Francesco Maringiò, de la rédaction de Marx21.it

Cette année 2018 est une année pleine d'anniversaires importants pour l'histoire du mouvement communiste et du marxisme, à commencer par la célébration du bicentenaire de la naissance de Karl Marx et du 170e anniversaire du Manifeste du Parti communiste.


C'est un bon moment, dans le contexte du débat historique et culturel, pour se poser une question essentielle : pourquoi a-t-il un sens - politique et théorique - de parler d'un retour à la (et de) la pensée de K. Marx?

Le retour de Marx

La crise économique qui a éclaté en 2008 a conduit à un succès éditorial des travaux de Marx auprès de ceux qui cherchaient des alternatives valables aux théories en vogue dans l'Occident libéral-capitaliste et même de prestigieux magazines libéraux se sont demandés "ce que Karl Marx aurait pensé" (Economist, 15/10/2008 et Time, 29/01/2009). Mais plutôt que de marquer réellement le retour du marxisme en Occident, ces opérations ont construit une image "pop" du penseur allemand, le reléguant au rang de visionnaire des distorsions du capitalisme, au lieu de donner à son élaboration théorique et politique le rôle qui appartient aux grands classiques, capable - pour reprendre les mots de l'historien anglais A. N. Wilson - de "changer la façon dont les hommes se regardent eux-mêmes".

Cette opération de récupération de Marx par les principaux médias a eu lieu en déconnectant le penseur des idées directrices de ses œuvres principales, en cachant la radicalité politique de la Critique du Programme Gotha, le pouvoir révélateur de la Question juive, l'extraordinaire modernité du Grundrisse, sans parler du pouvoir analytique et évocateur du Manifeste du Parti communiste ou de la plus haute critique de l'économie politique du Capital. Au contraire, il y a un véritable processus d'inversion : si dans la thèse de Feuerbach Marx condamne les philosophes parce qu'ils sont incapables de transformer le monde, aujourd'hui son élaboration est insérée dans un panthéon indistinct de ces "grands penseurs". Il devient ainsi un philosophe parmi les philosophes qui ont "interprété le monde de différentes manières", et non plus le père de la philosophie de la praxis. L'objectif est de lui donner un rôle dans la dénonciation des tragédies de la société bourgeoise, mais de reléguer sa philosophie à l'impuissance des transformations sociales et au changement de "l'état actuel des choses".

Mais parmi les partisans de cette opération d'affaiblissement du message marxiste, il n'y a pas que des penseurs libéraux. Un débat théorique et politique sur l'état de santé et sur les perspectives du marxisme en Italie, rendu nécessaire et urgent par la défaite de la gauche historique et sa réduction dramatique à la marginalité et à l'influence (en Italie et dans une partie des pays au capitalisme mature), manque depuis longtemps.

Je suis parfaitement conscient du caractère radical de la critique que j'exprime ici envers les organisations héritières de l'histoire marxiste, mais je suis profondément convaincu qu'une partie des raisons de la défaite réside dans la victoire (en Italie mais pas seulement) des courants de pensée qui ont adopté une vision eurocentrique et occidentale.

Marxisme occidental et marxisme oriental

Face à la récurrence de la misère de masse même dans les pays développés, à l'aggravation des inégalités sociales et aux menaces de guerre, la gauche en Italie et en Occident est absente, incapable de se rendre véritablement indépendante du système impérialiste, quand elle n'est pas coupable d'avoir ouvert la voie à un retour du néo-impérialisme sous la forme de guerres d'exportation de la démocratie occidentale, véhiculant un préjugé eurocentrique et inconsciemment raciste. C'est la thèse de base du philosophe Domenico Losurdo, qui identifie les raisons de cette crise dans le fait que le marxisme occidental a développé sa pensée, en se séparant du développement de la pensée marxiste dans le reste du monde.

Le marxisme occidental a eu une influence énorme sur les mouvements de la soi-disant "nouvelle gauche" et ceux de 1968 (dont le cinquantième anniversaire est célébré cette année) et est devenu hégémonique après l'effondrement de l'URSS. Une pensée (dont les chanteurs d'aujourd'hui sont Negri, Hardt, Zizek et avant même Foucault ou Arent) qui ont fait disparaître le noeud de la lutte anticoloniale et le développement des forces productives, comme l'ont fait les mouvements socialistes établis en dehors de l'Occident qui se sont fixés comme objectif de faire sortir de la pauvreté et de la faim des centaines de millions d'êtres humains.

Ce n'est pas une coïncidence que ces tendances politiques et philosophiques ont mené une longue offensive idéologique et une campagne révisionniste constante contre le léninisme. Lénine, en fait, représentait une charnière entre le marxisme occidental et oriental et avec sa pensée, le marxisme a connu un développement si marqué et créatif que son nom était intimement lié à celui de Marx dans la théorie du marxisme-léninisme. Ceci identifie le lien stratégique et nécessaire entre le mouvement ouvrier à l'Ouest et les populations colonisées à l'Est. Lénine, le cosmopolite, jette les bases d'un développement véritablement international du mouvement communiste mondial, comme jamais auparavant : le I et le II International sont fondamentalement européens, le Comintern est mondial. Ceci est également dû au processus historique de la Révolution d'Octobre qui a fait ressortir le rôle des peuples opprimés, devenant une véritable virage dans l'histoire non seulement du mouvement ouvrier, mais de toute l'humanité : à l'invitation marxiste de l'unité des "prolétaires de tous les pays", on peut ajouter celle "à tous les pays et peuples opprimés" faite par l'Octobre.

De la crise à la renaissance

Aujourd'hui, la culture marxiste est devenue largement minoritaire en Italie, mais dans les années 70, elle a connu un véritable apogée : l'influence était puissante sur le monde de la culture et différentes étaient les maisons d'édition et les magazines qui ont contribué à la diffusion d'une culture marxiste. S'y sont ajoutés les instruments culturels du PCI : publications, instituts et écoles du parti qui ont contribué à la formation de milliers de militants et de cadres dans tout le pays, liés à l'expérience politique dans les organisations syndicales et de masse. Sans parler de la production culturelle de la "nouvelle gauche" et des composantes du PCI lui-même, qui disposait souvent de revues théoriques et de centres culturels pour organiser la bataille au sein du Parti.

C'est dans les années 80 que la phase descendante de la culture marxiste en Italie a commencé. Celle-ci est attaquée "de l'extérieur" (l'appareil idéologique de l'Etat bourgeois), "de l'intérieur" (les tenances au sein du PCI qui visent à sa transformation social-démocratique se révèlent ou se renforcent les tendances qui s'éloignent de Lénine et du marxisme oriental) et "du côté" (des revues et des centres d'études sont créés pour influencer le débat au sein du Parti).

L'épilogue est immédiat et sera décrété avec la dissolution du PCI au début des années 90 et la naissance du PRC, dont la fondation se fait sur des bases idéologiquement fragiles et éclectiques, comme une réponse de résistance et d'opposition à la mutation génétique du PCI.

Il y aura peu de magazines et ils seront minoritaires (principalement liés à des réseaux de militants ou des courants au sein de la PRC) et des maisons d'édition qui posent le problème du développement organique de la culture marxiste dans le nouveau contexte historique, mais la taille (relativement) petite de leur influence ne permettra pas la transmission organique et continue du marxisme aux nouvelles générations.

Dans ce contexte difficile, fils de la crise et de la défaite que le mouvement ouvrier et marxiste a subi en Italie au cours de cette contre-offensive de près de 40 ans, les paroles d'Antonio Gramsci (qui a noté dans les Cahiers) reviennent avec force et presque prophétique : "chaque effondrement apporte avec lui le désordre intellectuel et moral. Nous devons créer des gens qui sont sobres, patients, qui ne désespèrent pas devant les pires horreurs et qui ne sont pas exaltés par toutes les bêtises. Pessimisme de l'intelligence, optimisme de la volonté"[Q28, III].

La tâche des marxistes de ce pays est principalement un grand travail coordonné et organisé de reconstruction d'une culture communiste de base, capable de diffuser les textes classiques et d'apprendre des expériences de transition vers le socialisme et de leurs élaborations culturelles respectives (à partir de la théorie du socialisme de marché et de la transition, présente dans l'élaboration des marxistes chinois). La priorité doit être de travailler à surmonter la fragmentation, en concentrant et en centralisant toutes les ressources marxistes présentes (humaines et matérielles).

Ce n'est pas un travail désespéré : cela se produit au milieu d'un contexte international caractérisé par le rôle prépondérant joué par des pays et des peuples qui ne sont pas subordonnés aux centres impérialistes mondiaux, ou dirigés par des partis et mouvements communistes et marxistes. La montée en puissance de la République populaire de Chine, ainsi que l'émergence de la République socialiste du Vietnam ou de Cuba (pour ne citer que quelques exemples), ou des pays BRICS, nous parlent des résultats obtenus par les anciens pays coloniaux dans l'affirmation de leur voie vers l'indépendance et l'émancipation, rééquilibrant les relations entre les classes (dans une grande lutte de classe menée au niveau mondial) en faveur des peuples et du prolétariat mondial, tant à l'Est qu'à l'Ouest.

Dans cette rencontre entre le marxisme oriental et occidental, à travers un processus d'apprentissage des erreurs du passé et des leçons de l'histoire, se pose le défi de la reprise du marxisme en Italie, où les célébrations du bicentenaire de la naissance de Marx peuvent représenter une occasion de nouer les fils de cette recherche, à la fois fructueuse et nécessaire.

(Francesco Maringiò, Journaliste, Coordinateur du Département des Affaires Etrangères du PCI)